En 2011, Rachel Beckwith, une petite américaine de 9 ans, décédait dans un tragique accident de voiture. Peu de temps avant, à l’occasion de son anniversaire, elle créait une page de collecte pour charity: water. Son objectif était de collecter 300 dollars et ainsi de permettre à 15 personnes d’avoir accès à de l’eau potable. En sa mémoire, ses parents ont décidé de laisser cette page active après sa disparition… et les réseaux sociaux ont rapidement relayé cette histoire. La campagne a atteint 1,2 million de dollars en quelques mois! Grâce à cet incroyable don, 38 000 personnes ont bénéficié de programmes d’accès à l’eau en Ethiopie. Rachel Beckwith fait désormais partie de l’histoire de charity: water.

Charity: water, l’association bénéficiaire, s’est toujours appuyée sur la technologie pour collecter des fonds comme pour se faire connaître. Elle a multiplié les vidéos relayées sur Youtube et sur son site et a développé une application basée sur Google Maps, qui permet aux donateurs de suivre l’avancée des projets pour lesquels ils donnent. Elle bénéficie d’un très grand succès parmi les plus jeunes générations.

La révélation Ice Bucket Challenge

Le secteur de la collecte de fonds était en attente d’un nouveau souffle pour dynamiser sa collecte, rajeunir ses bases de donateurs… lorsque l’Ice Bucket Challenge est apparu. Cet improbable mécanisme est devenu l’un des plus gros succès de tous les temps avec 1,2 million de vidéos réalisées et une collecte de 220 millions de dollars pour la recherche sur l’ALS (Sclérose Amyotrophique Latérale).

D’autres innovations majeures sont à suivre avec intérêt. Petit tour d’horizon.

Le peer-to-peer fundraising

Le Peer-to-peer consiste, pour une organisation, à transformer ses propres supporters en collecteurs de fonds auprès de leurs réseaux.

La plateforme de fundraising RallyBound a récompensé les cinq campagnes de Peer-to-peer les plus créatives et efficaces. Cette liste inclue le Cupid’s Undie Run qui demande à ses participants de courir en sous-vêtements le jour de la Saint-Valentin afin de collecter des fonds pour la Children’s Tumor Foundation, mais également Over the Edge, un challenge sportif permettant de collecter des fonds pour des organisations comme Special Olympics, the American Cancer Society ou the Boy Scouts of America. La campagne qui a été placée en première place de ce classement est la St. Baldrick’s Foundation’s Shaving Heads for Conquering Kids Cancer qui a connu un très grand succès. Les participants et fundraisers organisent des événements durant lesquels ils se rasent la tête pour collecter des dons.

De nombreuses plateformes de Peer-to-peer ont vu le jour. Parmi les principales on citera Classy, RallyBound, Crowdrise (créée par Edward Norton), Razoo, Blackbaud ou CauseVox. Aujourd’hui, le Peer-to-peer fundraising représente le tiers du montant des dons en ligne aux Etats-Unis et devrait continuer à croître.

Les innovations dynamisent la collecte en ligne 

Plus que jamais, 2017 consacrera le don sur mobile et les paiements par portefeuille électronique. Apple, Facebook, Twitter, Google, Paypal et Amazon se disputent ce marché juteux, ce qui a déjà eu pour effet de booster la collecte en ligne en 2016. Une nouvelle génération d’applications et de sites a vu le jour, basée sur les évolutions technologiques que sont les portefeuilles de dons, la “gamification“, ou la promesse de don par scan sur son mobile.

Voici quelques-unes des sensations du moment :

Apple Pay : en plus de permettre les achats en magasins de produits et services, Apple Pay permet aux possesseurs d’Iphones et d’Ipads de faire des paiements par scan. Plusieurs dizaines de millions de clients utilisent déjà Apple Pay pour leurs achats et ça n’est qu’un début : le nombre d’utilisateurs augmenterait, selon Apple, d’un million par semaine. Un volume suffisamment attractif pour que le secteur du non profit s’y intéresse, et notamment American Red Cross, St Jude Children’s Research Hospital, Doctors Without Borders, Feeding America, International Rescue Committee, UNICEF ou WWF.

donate-with-apple-pay-unicef.png

Facebook Fundraisers et les boutons de dons : Fundraisers”, c’est une fonctionnalité qui permet aux internautes de créer des pages de collecte au profit d’organisations humanitaires américaines approuvées par Facebook.
Les boutons de dons quant à eux permettent aux organisations d’inciter au don directement sur leurs pages Facebook ou dans leurs posts. Sans surprise, l’utilisation de ce service devrait se propager à l’ensemble du secteur.

fb

 

Omaze : ce site offre la possibilité de participer à une loterie en effectuant un don de 10 dollars minimum et de tenter de gagner une expérience unique : un match de tennis avec Steffi Graf et André Agassi, un diner avec Cindy Lauper ou un concert privé de U2 pour deux personnes! Cette plateforme, dont l’objectif est de démocratiser les enchères, connait un très grand succès aux Etats-Unis. De nombreuses organisations en sont partenaires, et notamment RED, Water.org, UNICEF Innovation Lab, True Colors Fund, the V Foundation, the Paul Walker Foundation, the International Rescue Committee ou Save the Children.

capture-decran-2017-02-08-a-00-54-23

 

Pledgeling : ce site permet aux entreprises de mettre en place un programme de dons pour leurs salariés. Pledgeling a signé un partenariat avec Evite, le site d’organisation d’évènements qui a permis de collecter un million de dollars de dons. De nombreuses organisations sont déjà bénéficiaires, et notamment l’UNHCR, Best Friend Animal Society, Feed a child, American Red Cross, Save the Children, American Diabete Association ou American Cancer Society.

pledgeling

 

La réalité virtuelle, la nouvelle technologie la plus visible et sans doute la plus excitante de ses dernières années

La collecte de dons s’appuie généralement sur la construction d’une relation entre une organisation et des donateurs potentiels. Pour beaucoup, le face-à-face est le meilleur moyen de créer cette relation, mais son coût peut être prohibitif. La réalité virtuelle (VR) pourrait tout changer.

  • Les organisations qui utilisent le Peer-to-peer fundraising peuvent ainsi offrir à leurs fundraisers et donateurs une nouvelle expérience, que ce soit en montrant ce qu’elles font sur le terrain ou en les mettant à la place de ceux que les dons aideront. Pour cela, il suffit à ces supporters ou futurs donateurs d’installer des applications mobiles permettant de recevoir des vidéos en réalité virtuelle directement sur leurs téléphones.
  • Le street fundraising (“canvassing” aux Etats-Unis) , sans doute le moyen le plus efficace de recruter des donateurs réguliers, pourrait y trouver un second souffle. Amnesty International, Oxfam, World Vision ou l’UNICEF ont testé l’appui de leurs campagnes de rue par la réalité virtuelle. Le film Clouds over Sidra, créé par l’UNICEF, nous met dans la peau d’une petite réfugiée syrienne vivant dans un camp en Jordanie. Les résultats sont à la hauteur : l’UNICEF a pu observer une augmentation du don moyen, une augmentation significative du taux de transformation dans la rue, passant parfois de 0,5 à 1 donateur régulier toutes les heures, et une baisse de l’attrition.
  • Les stratégies “grands donateurs” bénéficient également de cette avancée technologique. charity: water a ainsi utilisé la réalité virtuelle durant leur 10ème gala de charité à New York en mettant les invités dans la peau d’une jeune fille de 13 ans qui doit marcher plusieurs heures pour trouver de l’eau. En une soirée, charity: water a collecté 2,4 millions de dollars, soit bien plus que leur objectif. Un donateur a expliqué qu’il prévoyait de donner 60 000 dollars mais qu’après avoir vu le film, il avait décidé de porter le montant de son don à 400 000 dollars. De même, depuis sa création en 2014, la Fondation Epic s’appuie sur la technologie pour répondre à ses exigences de qualité, que ce soit en termes de sélection des projets comme de relation donateurs. La Fondation utilise également la réalité virtuelle pour offrir à ses prospects et donateurs l’opportunité d’être au plus près des bénéficiaires, et leur propose des applications mobiles permettant non seulement d’accéder aux différents projets, mais aussi de tracer l’impact de leurs dons.

Aux Etats-Unis, le secteur du “non-profit” a su se renouveler et innover pour recruter de nouveaux donateurs comme pour fidéliser les anciens. Les organisations n’hésitent plus à tester les nouvelles applications et technologies. Ainsi, alors que la réalité virtuelle fait de plus en plus l’unanimité, la plate-forme de Peer-to-peer CrowdRise a testé la réalité augmentée lors de l’édition 2016 de #GivingTuesday.   La plateforme a collecté ce jour-là six millions de dollars pour ses associations partenaires.

 

Effets “Gimmicks” ou véritables leviers de croissance, les avancées technologiques participent largement à l’essor de la collecte en ligne. Le dynamisme des géants du web comme des start ups couplé au désir d’engagement de leurs dirigeants et de leurs salariés entraîne dans son sillage une philanthropie qui n’attendait que ça pour se renouveler.